Description de la recherche primée

Ma recherche s’intéresse à la modélisation expérimentale de systèmes complexes dont le comportement évolue au cours du temps. Par complexes, j’entends non-linéaires. En quelques mots, un système non-linéaire est un système qui ne souffre pas l’extrapolation, c’est-à-dire pour lequel une conclusion partielle ne peut être généralisée. L’existence d’une non-linéarité implique donc systématiquement la nécessité de nombreuses expériences en laboratoire afin de cerner de manière exhaustive le comportement du système d’intérêt. Cette activité de modélisation est souvent résumée dans la littérature scientifique par les termes « identification de systèmes non-linéaires ».

En 2017, j’ai publié, avec mon promoteur de thèse, un article répertoriant et classant l’ensemble des contributions traitant d’identification non-linéaire parues au cours dans la dernière décennie. A cet article s’est joint une seconde publication, co-écrite avec un collège de l’ETH Zurich en Suisse, et introduisant des données expérimentales de référence, permettant la comparaison sur une base objective des nouvelles méthodologies proposées au sein de notre communauté. Ce sont ces deux articles qui font l’objet du prix dont il est question ici.

Voir le site web

Comment l’Université de Liège m'a-t-elle aidé lors de cette recherche ?

Je mène mes travaux de recherche à l’Université de Liège depuis le début de mon doctorat en 2010, et ce grâce à des mandats du FNRS. J’ai toujours pu trouver à l’ULiège un environnement de travail stimulant ainsi qu’un soutien régulier me permettant de diffuser ma recherche à l’étranger lors de conférences, ou de séjourner dans des laboratoires internationaux.

Mes projets pour l’avenir

Mon ambition est de poursuivre mes travaux de recherche tels qu’initiés ces dernière années et, à cette fin, de m’entourer d’un nombre croissant de collaborateurs. Les projets scientifiques ne manquent pas, en particulier autour de thématiques transversales impliquant les domaines de la mécanique et de l’aérospatiale, bien sûr, mais également ceux de l’ingénierie du contrôle et de l’apprentissage automatique.

Un conseil pour les (futurs) doctorants/diplômés

Même si, dans toute démarche de recherche, le contenu doit primer, mon conseil serait de ne pas pour autant en négliger la forme, qu'elle soit écrite ou orale. Il me paraît en effet très important de bien communiquer les résultats de son travail, ce qui permet le plus souvent de soi-même les remettre en question et de là les faire progresser.

Partagez cette page