Mobilité

Enquête publique relative au Plan Urbain de Mobilité de l’agglomération liégeoise : synthèse de l'avis remis par l’ULiège


Dans Institution Campus Alumni

Un projet de Plan Urbain de Mobilité (PUM) a été dressé pour l’arrondissement de Liège. Il s’agit d’un document stratégique définissant les axes et actions à mettre en œuvre pour répondre aux besoins de déplacements et d’accessibilité à l’échelle de l’agglomération urbaine.

L’Université, en tant que pôle particulièrement important de la région liégeoise, soutient la volonté d’inscrire les ambitions de développement territorial et de stratégie de mobilité de l’agglomération liégeoise dans un Plan urbain de Mobilité (PUM).

Considérant que les membres de la communauté universitaire sont domiciliés au sein d’une vaste zone d’influence centrée sur l’arrondissement de Liège, l’ensemble des mesures structurantes en matière de mobilité à l’échelle de l’agglomération auront un impact sur l’accessibilité de nos campus et sur l’attractivité globale de l’Université.

L’Université a dès lors réagi à l’enquête publique initiée par le Gouvernement Wallon et a émis son avis sur le document.

Synthèse de l’avis remis par l’Université

Le PUM reconnait le Sart Tilman et la zone de Boncelles comme un pôle stratégique pour le développement de la Ville de Liège et de l’agglomération liégeoise.

C’est la première fois qu’un document d’aménagement du territoire liégeois fait apparaitre aussi clairement le rôle structurant du pôle du Sart Tilman et fait référence au schéma d’intentions développé par l’ULiège qui définit les options urbanistiques stratégiques pour l’aménagement de la zone nord du campus du Sart Tilman.

Ceci s’inscrit dans la démarche de l’ULiège de développer de manière équilibrée ses implantations de centre-ville (XX Août, Constitution, Louvrex) et du Sart Tilman, tout en préservant l’environnement et le cadre paysager du domaine.

L’Université soutient cette volonté et souhaite que le rôle structurant du pôle du Sart Tilman, à l’échelle de la métropole liégeoise, ressorte encore plus clairement dans le document.

L’Université appelle une collaboration renforcée entre les différents opérateurs de mobilité présents dans l’agglomération liégeoise (TEC, SRWT, SNCB, SPW) afin de développer des solutions innovantes en matière de pôles de mobilité intégrés. L’ULiège considère que ses étudiants, ses équipes de recherche et son personnel ont un rôle moteur à jouer dans cette perspective.

Par ailleurs, le Plan urbain de mobilité reprend de nombreux enjeux et pistes d’actions discutées depuis longtemps avec les différents partenaires de la mobilité et acteurs du territoire. En remettant son avis, l’Université a souhaité acter de manière officielle ses demandes en matière d’accessibilité de ses campus et d’en proposer un phasage de mise en œuvre.

À court terme (avant la mise en œuvre du tram)

En ce qui concerne les transports en commun, la priorité est donnée à la requalification des liaisons existantes entre le centre-ville et le Sart Tilman.

  • La ligne 48, principale ligne de desserte du Sart Tilman, doit devenir une ligne de bus à haut niveau de service dans les plus brefs délais. Ceci comprend, d’une part, des améliorations sur le tracé pour garantir une régularité fiable des temps de parcours et, d’autre part, du nouveau matériel roulant, de plus grande capacité, mieux équipé et clairement identifié.
  • Le tracé de la ligne 58 (Guillemins – Sclessin – Sart Tilman) doit être rétabli jusqu’au centre-ville jusqu’à la mise en service du tram, où le tracé pourra être réduit à son tracé Standard (arrêt du tram) – Sart Tilman - Boncelles.

En ce qui concerne la mobilité cyclable, le PUM identifie 15 corridors vélos à créer, un trajet indépendant de la circulation automobile, sécurisé et continu.

  • Le corridor vélo entre le centre-ville et Neupré, en passant par le Sart Tilman, doit être réalisé.
  • Un second corridor vélo, discuté avec le SPW, entre le CHU et le RAVeL de l’Ourthe via le boulevard de Colonster est indispensable et doit figurer au PUM.
  • L’ULiège insiste sur sa demande de pacifier la circulation dans la zone nord du campus, afin de sécuriser les traversées piétonnes et l’usage des modes doux. Ceci suppose d’y limiter la vitesse à 50 km/h.

En matière de gouvernance, le PUM préconise la mise en place d’un « conseil technique de la mobilité », qui aura pour rôle de concrétiser le PUM, d’accompagner les usagers et les entreprises.

  • L’ULiège insiste sur la nécessité d’un management de la mobilité pour coordonner les chantiers et assurer la mise en œuvre efficace des projets à l’échelle de l’agglomération.
  • L’ULiège se tient prête à travailler à l’amélioration de l’accessibilité de ses campus et à la réduction des déplacements de ses membres et de l’étalement de ses pics horaires, en concertation avec l’ensemble des opérateurs de mobilité.

À  moyen terme

En ce qui concerne les transports en commun, la priorité est donnée à la concrétisation d’une nouvelle ligne structurante vers le Sart Tilman, le développement du réseau ferré (tram et train) et aux parkings de délestage.

  • La ligne 148, promise depuis les premières études relatives au  tram, doit être établie depuis le centre-ville sur son tracé en rive droite (Longdoz) et répondre à l’ensemble des critères d’une ligne de bus à haut niveau de services (tracé à 80% en site propre en zone d’agglomération). Dès à présent, le tracé le mieux adapté doit être étudié et défini afin de se donner les moyens d’insérer des bandes de circulation réservées au bus dans les quartiers les plus denses en circulation automobile.
  • Le tram doit être établi sur l’entièreté de son tracé, en particulier sur le tronçon Pont de Seraing – Standard, afin de limiter les ruptures de charges pour les usagers transitant par le pôle de Jemeppe.
  • L’opportunité d’identifier un parking de délestage vélo-bus situé à proximité de la zone nord et du Liège Science Park doit être envisagée au PUM.
  • Le réseau ferroviaire suburbain doit être déployé, en complémentarité du réseau TEC. En particulier, pour les lignes desservant la gare d’Ougrée, de Chaudfontaine et de Tilff. Par ailleurs, l’ouverture de nouveaux arrêts à Kinkempois et à Sauheid (pied de Colonster) doit être envisagée.

À long terme 

La réflexion stratégique en matière de mobilité doit se poursuivre et ne pas être conditionnée au développement de nouveaux tronçons routiers.

  • Le projet de téléphérique évoqué dans le PUM doit être maintenu, sauf si une solution alternative de transport structurant pour le Sart Tilman lui est préférée.
  • Les mesures en faveur de la mobilité douce et des transports en commun ne peuvent être conditionnées à la mise en œuvre de la liaison CHB. La réalisation d’un réseau TC structurant, en particulier la mise en œuvre de la ligne 148, doit rester prioritaire sur la réalisation de nouveaux tronçons routiers, tant en matière de financement que de mise en œuvre.

En savoir + sur le PUM

Visuel: © letram.be

Partagez cette news