Quelle est la proportion de femmes et d'hommes au sein de l'Université de Liège, parmi les étudiants et les membres du personnel ? L'ULiège dresse sa cartographie du genre, ainsi que les actions - en cours ou à venir - qui tendent vers le meilleur équilibre possible.

 

Infographie-genre 21-01-21

 

Étudiantes et étudiants

La proportion de femmes parmi les étudiants de Bac et de Master reste stable et proche des 58%.

Les femmes sont majoritaires en Faculté de Psychologie (81,6%), de Médecine vétérinaire (73,5%), de Philosophie et Lettres (66,3%), de Sciences sociales (66%), de Droit (64%), de Médecine (61,6%) et d'Architecture (51,5%).

A contrario, les femmes sont minoritaires en Faculté de Sciences appliquées (24,8%), à HEC (44,3%), en Faculté des Sciences (44,5%) et à Gembloux Agro-Bio Tech (45,6%).

 

Enquête PostMaster

Un an après obtention du diplôme, les femmes diplômées seraient aussi nombreuses que les hommes à avoir un emploi ou un stage rémunéré (63% des femmes et 63% des hommes), les autres diplômé·es étant en Doctorat, en poursuite d'études ou en demande d'emploi. On remarque cependant que 50% des hommes auraient un contrat à durée indéterminée à temps plein contre seulement 38% des femmes. L'emploi de près d'une femme sur cinq serait à temps partiel, contre 8% pour les hommes.

Les femmes seraient un peu plus nombreuses dans la fonction publique, comme contractuelles (10% pour 7% d'hommes) est plus nombreuses à être indépendantes (16% pour 12% d'hommes).

Les données relatives aux salaires interpellent. Les femmes seraient plus nombreuses dans les catégories des bas salaires. À l’inverse, les hommes seraient plus nombreux dans les catégories des salaires les plus élevés. 21% des femmes auraient un salaire net inférieur à 1500 euros contre 12% d'hommes, tandis que 34% des hommes auraient un salaire supérieur à 2000 euros pour seulement 26% des femmes.

 

Chercheuses et chercheurs

Les femmes représentent +- 51% du personnel scientifique, et sont réparties selon des proportions semblables au sein des scientifiques définitifs (50%) et des scientifiques temporaires (52%). La plupart d’entre elles ont moins de 35 ans (58%), à l’instar de la situation du personnel scientifique masculin (58%).

Les femmes représentent 47% des diplômées de doctorat; elles étaient 42% en 2009. Elles sont notamment 44% en sciences humaines et sociales, 57% en sciences de la santé, et 41% en sciences et techniques, secteur comptant le plus grand nombre de docteurs.

Les femmes sont bien représentées parmi les chercheurs en début de carrière (52%), mais leur proportion diminue avec l’évolution de carrière (post doc ou équivalent : 46 % ; chercheuses confirmées: 33 %).

Les femmes représentent 41% des aspirants FNRS, 47% des post-doctorants et 31% des chercheurs qualifiés.

 

Corps académique

On compte, en 2020, 27% de femmes dans le corps académique :

  • 28,5% de chargées de cours (71 femmes pour 178 hommes) pour 26% en 2009.
  • 29,1 % de professeures (58 femmes pour 141 hommes) pour 16% en 2009.
  • 24 % de professeures ordinaires (45 femmes pour 145 hommes) pour 9% en 2009.

Même si on constate une progression, elles restent minoritaires à tous les niveaux de la carrière académique. Il existe aussi une grande disparité sur la proportion de femmes professeures et chargées de cours dans les différentes Facultés avec 5 Facultés où les femmes sont moins de 20 % des professeurs. 

Cependant, lors de la dernière promotion (2018), 16 femmes ont été nommées professeures ordinaires pour 7 hommes. 16 femmes ont accédé au rang de professeures pour 14 hommes.

 

Docteurs Honoris causa

20 % des docteurs honoris Causa de l'ULiège sont des femmes.

Cependant, dans l’édition 2020, elles sont majoritaires avec 6 femmes sur les 11 lauréats. 

 

Conseils, décanats, directions

Pour la première fois de son histoire, l’Université de Liège compte une femme Vice-rectrice (2018) et une Administrateure (2020).

Actuellement, aucune femme n’est doyenne. En revanche, un vice-doyen sur 2 est une femme (7 à l’enseignement et 4 à la recherche).

Au conseil d’administration, on compte 10 femmes sur 43 membres.

Une politique tend à mieux équilibrer leur représentation dans les conseils sectoriels de recherche avec 20 femmes pour 27 hommes.

Les directions administratives sont presque exclusivement occupées par des femmes (7 femmes pour 3 hommes).

 

Stimuler l'arrivée et le maintien des femmes

Ces chiffres interpellent, évidemment. Attendre que les tendances s'inversent ne semble pas une option pour une université qui ambitionne l’excellence dans tous les domaines : l’enseignement, la recherche, mais aussi ses propres pratiques. Alors, comment faire évoluer le fonctionnement de notre institution ?

Comme le souligne Anne-Sophie Nyssen, Vice-rectrice de l'Université de Liège, chargée notamment des questions de bien-être, "il convient non pas d'imposer la parité, mais plutôt de stimuler l'arrivée et le maintien des femmes aux différentes fonctions par des comportements et actions mises en place au sein de l'ULiège. Je serai particulièrement attentive à la représentativité des femmes dans les différentes commissions et dans les propositions de docteurs honoris causa. J'espère que le guide pratique "L'Égalité dans la langue" participera également au changement de la culture pour une plus grande justice et contre toutes les formes de discrimination. »

 

Genre et Égalité des chances à l'ULiège

Bien-êtrE à l'Uliège

Partagez cette page