L’Université de Liège et la République Démocratique du Congo


L’Université de Liège est active auprès d’institutions universitaires congolaises depuis bientôt septante ans. Ces relations ont contribué de manière significative à l’internationalisation de l’institution. L'ULiège compte actuellement une trentaine de projets de recherche et d'enseignement en RDC.

RDC 

Histoire et contexte

L'

Université de Liège est active auprès d’institutions universitaires congolaises depuis bientôt septante ans, au sortir de la seconde guerre mondiale, avec la création de l’Université de Lubumbashi. L' Afrique Centrale a ainsi constitué le premier pôle de collaboration internationale hors Europe pour nos facultés. Ces relations ont contribué de manière significative à l’internationalisation de l’Université.

Dans les années 70, l’Université de Liège s’est dotée d’un Centre de Coopération au Développement (CECODEL) pour coordonner les contributions des professeurs liégeois à des projets en RDC. Le Centre construisait ainsi l’instrument administratif nécessaire à la mise en œuvre de la coopération universitaire belge.

En 2012, le CECODEL est devenu le PACODEL (Partenariat Coopération au Développement) . Cette mutation mettait en exergue la dimension partenariale avec les universités congolaises avec lesquelles nous travaillons aujourd’hui.

Les grands axes de la collaboration

Les activités de coopération se déclinent aujourd’hui selon plusieurs axes :

  • Certaines universités congolaises bénéficient d’un soutien institutionnel grâce à des fonds fédéraux belges : c’est par exemple le cas de l’Université de Lubumbashi et de l’Université de Kinshasa, où des professeurs de l’ULiège dispensent des enseignements, encadrent des thèses de doctorat et accompagnent le développement des institutions.
  • Des projets thématiques de recherche mettent l’expertise des professeurs de l’ULiège et de leurs partenaires congolais au service d’enjeux congolais : dans le partage de connaissances, le développement de compétences en recherche et en enseignement ou dans la valorisation de résultats. Ces projets bénéficient du soutien de fonds de coopération belge ou de financements privés ou publics (Banque Mondiale, Unesco, FAO). Répondant à des besoins clairement identifiés par la partie congolaise, ils sont menés conjointement avec des centres d’expertise de l’ULiège, prévoyant généralement de la mobilité de chercheurs dans les deux sens. Au cours des six dernières années, 1143 étudiants de RDC ont été régulièrement inscrits à l’ULiège, ce qui en fait la dixième nationalité la plus représentée parmi nos étudiants.
  • Le nombre d’étudiants issus de l’Université de Kinshasa et la concentration de projets tant en recherche qu’en enseignement à Kinshasa a suscité la création par l’ULiège en 2016 de la « Plateforme Afrique Centrale » de l’ULiège (Plateforme AC) localisée à l’ERAIFT (École Régionale Postuniversitaire d'Aménagement et de Gestion intégrés des Forêts et Territoires tropicaux), centre de catégorie 2 de l’UNESCO situé sur le campus de l’Université de Kinshasa (UniKIN).

La Plateforme Afrique Centrale de l’ULiège

Cette Plateforme, qui bénéficie d’un poste permanent de l’ULiège, coordonne les projets et la mobilité des professeurs, aide à l’encadrement des thèses, procure des modules de formation avec des professeurs et experts de l’ULiège, diffuse de l’information, identifie les demandes locales et organise des événements scientifiques.

  • La Plateforme contribue aussi aux activités de formation avec des acteurs de Kinshasa, comme l’ISC (Institut Supérieur de Commerce) ou la BCDC (Banque commerciale du Congo) ;
  • La Plateforme rayonne vers des universités de la zone Afrique Centrale : en RDC (Lubumbashi, Kisangani, Butembo, Bukavu, Goma, …) et dans des pays de la région (Burundi, Rwanda, Cameroun et Tchad, par exemple) ;
  • À travers un premier thème fédérateur, celui de la périurbanisation, la Plateforme propose de répondre aux défis sociétaux de la région. Ce premier axe a évolué vers d’autres thématiques cruciales pour le développement, comme la sécurité alimentaire, la santé, la gouvernance, l’environnement et l’aménagement des territoires.

En 2018, 23 doctorants congolais ont été diplômés ; pour l’année académique 2018-2019, on comptait plus d’une centaine de doctorants congolais inscrits à l’ULiège et environ 80 membres du personnel actifs en RDC.


La participation de l’ULiège à de nombreux projets, autant que son initiative de Plateforme, servent la formation doctorale et visent à répondre à l’un des défis majeurs de la RDC : l’éducation par l’excellence.

Ces doctorants, dont beaucoup sont inscrits en cotutelle avec de courtes mobilités, sont les professeurs et les cadres de demain, au service du rayonnement de leur pays. L’Université de Liège est fière et heureuse de pouvoir contribuer par son expertise au programme d’excellence mis en place par la République Démocratique du Congo.

Capture d’écran 2019-09-18 à 15.09.27

Consulter la brochure

Contact
Pacodel

Siège social
+32 (0)81 62 21 13 - pacodel@uliege.be
Passages des déportés, 2 (Bât G1)
B-5030 Gembloux

Site de Liège
+32 (0)4 366 55 31
Quartier Urbanistes 1, Traverse des Architectes, 4 (Bât. B3h)
B-4000 Liège

Site d’Arlon
+32 (0)63 230 867
Avenue de Longwy, 185 (Bât. BE-009)
B-6700 Arlon