Comment la testostérone régule le chant des canaris



La testostérone contrôle les caractéristiques du chant dans deux régions distinctes du cerveau du canari qui ressemblent au cortex moteur humain, selon une étude publiée dans The Journal of Neuroscience. Cette recherche met en évidence un rôle des hormones sexuelles dans la régulation de ce comportement complexe qui s’avère être plus spécifique qu’une simple stimulation de la motivation à chanter.

Les canaris élaborent un nouveau chant chaque automne qui se stabilise pendant la saison de reproduction au printemps lorsque les niveaux de testostérone sont élevés. Ce processus s’apparente au développement vocal chez l'homme, qui commence par babiller dans les premiers mois de sa vie puis se stabilise après la puberté.

Les chercheurs Beau Alward et Gregory Ball (Johns Hopkins University, Baltimore et University of Maryland, College Park) et Jacques Balthazart (GIGA Neurosciences, Université de Liège) ont étudié les effets de la testostérone sur le chant des oiseaux en bloquant ses récepteurs dans deux régions clés du cerveau impliquées dans le chant. Chez des canaris mâles, les auteurs ont constaté que le noyau robuste de l'arcopallium (RA), une région qui contrôle directement les neurones moteurs de la syrinx, régule la variabilité dans la production d'unités du chant telles que les syllabes et les trilles (la répétition rapide d'un type de syllabe), tandis que HVC, un centre nerveux qui intègre l’audition et la production du chant, détermine les caractéristiques syntaxiques du chant comme la fréquence d’utilisation d’un type de syllabe ou la durée des trilles.

Ces résultats attestent du rôle complexe de la testostérone dans la capacité du canari à apprendre et produire un nouveau chant chaque année.

Référence

Dissociable effects on birdsong of androgen signaling in cortex-like brain regions of canaries, The Journal of Neuroscience, DOI: https://doi.org/10.1523/JNEUROSCI.3371-16.2017

Plus d’infos

http://reflexions.ulg.ac.be/JacquesBalthazart

 Imagette : Fleur Hocking