Nommé recteur en 1864, François Kupfferschlaeger ne pourra achever son mandat. C'est Antoine Spring qui sera rappelé pour l'année 1866-1867. Son rectorat sera marqué fin 1865 par le Congrès international des étudiants, avec des débats très agités sur les questions politiques et des revendications concernant les universités.

Kuppferslaeger

François Henri Joseph Kupfferschlaeger (1811-1866), né et mort à Liège où il effectue la totalité de ses études et de sa carrière professionnelle, se voue au métier d’avocat, avant de devenir magistrat. C’est en 1833 qu’il est amené à accepter la suppléance du cours d’Institutes du droit romain, en remplacement d’Antoine Ernst, pris par ses engagements politiques. L’année suivante, on lui confie également le cours d’Encyclopédie du droit, puis, en 1837, celui d’Histoire du droit romain.

Admis à l’ordinariat en 1848, Kupfferschlaeger devient en 1864 le 31e recteur de l’Université de Liège. Un an plus tard, elle accueille en ses murs le premier Congrès international des Étudiants. Le recteur, profondément ébranlé par la teneur de débats et la tournure prise des événements, ne survit que quelques mois à cette célèbre manifestation.

Extrait du discours de rentrée académique de 1865

Messieurs les étudiants, […] Mettez bien à profit l’enseignement auquel le corps professoral se voue avec un zèle et une ardeur que rien ne ralentit et qui tirent leur puissance du sentiment du devoir, de la conscience qu’a le professeur qu’ici il est le représentant de vos parents et le ministre de leur sollicitude pour vous. Cependant, que le soin de développer vos facultés intellectuelles ne vous fasse point négliger le culte des qualités du cœur, car elles importent plus que celles de l’esprit. Celles-ci peuvent faire le savant, mais les autres font l’homme. Ce n‘est que par elles que nous pouvons être bon fils, bon époux, bon père et bon citoyen.

François Kupfferschlaeger Discours de rentrée, 1865, p. 19-20
Lire ce discours dans son intégralité (facsimilé en PDF)

Du 29 octobre au 1er novembre 1865, un Congrès international, présidé par Napoléon d’Hoffschmidt, autour de questions de politique, d'enseignement et de politique universitaire. Les débats sont souvent houleux, agités. Les revendications très fortes. Les étudiants dénoncent le manque de moyens des universités et leur organisation, ils réclament des cours de politique contemporaine et de langues étrangères, ils revendiquent une réforme de l'enseignement, de nouvelles méthodes pédagogiques, la liberté d'enseignement, l'instruction des filles... Cette assemblée générale de toutes les universités d’Europe est la première expression spectaculaire de la protestation estudiantine.

« Il n’y avait encore jamais eu de Congrès International des Étudiants lorsque, en 1865, quelques étudiants de Liège décidèrent de convier à une assemblée générale leurs condisciples de toutes les universités d’Europe. Le projet était extraordinaire. Sa réalisation fut étonnante. Quatorze cents étudiants se rassemblèrent à Liège, du 29 octobre au 1 er novembre 1865, pour discuter d’enseignement et de politique, de la politique de l’enseignement, et même de l’enseignement de la politique. Les débats furent animés, tumultueux, souvent désordonnés. Les jeunes orateurs rivalisèrent d’audace, heureux parfois de scandaliser leurs maîtres et l’opinion. […] Le Congrès de Liège fut une grande manifestation universitaire et internationale [… Il] eut une audience énorme, un succès de scandale sans précédent. Il traduit une prise de conscience de la jeunesse intellectuelle, confrontée avec les graves problèmes politiques et idéologiques de 1865. Il est aussi, sans conteste, l’événement le plus spectaculaire de l’histoire de l’Université de Liège »

Léon-E. Halkin, « Le Premier Congrès International des Étudiants », dans Marcel Florkin et Léon-E. Halkin, Chronique de l’Université de Liège, Liège, 1967, p. 296-317

Retourner à la liste des Recteurs

Aller vers : Charles de Cuyper

Illustration :  Lambert Salme, Monsieur François Kupfferschlaeger, Professeur à l'Université de Liège, lithographie, s.d., Musée Wittert ULiègeinv. 2919.

Partagez cette page