En 1822, Antoine-Nicolas-Joseph Ernst, frère de Jean-Gérard-Joseph Ernst, devient professeur à la faculté de Droit de l'Université.Il deviendra Recteur en 1831-1832, succédant à Nicolas-Gabriel Ansiaux qui avait repris la charge rectorale pour la seconde dois en 1830-1831. Devenu Ministre de la Justice, il remettra en vigueur la peine de mort.

Ernst

Frère de Jean-Gérard-Joseph et comme lui né à Aubel, Antoine-Nicolas-Joseph Ernst (1796-1841) s’inscrit à l’École de droit de Bruxelles, dont il est diplômé en 1816. Nommé à la suite de son frère professeur extraordinaire à la faculté de Droit de l’Université de Liège, il est promu à l’ordinariat en 1827.

Il consacre essentiellement les premières années de sa carrière à son activité d’enseignant, chargé de donner le cours de droit commercial d’encyclopédie du droit, de droit civil élémentaire et des Institutes du droit romain, dont il renouvelle complètement les méthodes d’approche.

Après avoir été recteur de l’Université de 1831 à 1832, il s’investit en politique, à un moment de crise consécutive aux difficultés de mise en application du Traité des 24 articles.  Élu à la Chambre par l’arrondissement de Ruremonde pour la législature de 1833 à 1839, Ernst, de tendance libérale, entre au gouvernement en 1834. On lui tiendra grief plus tard d’avoir accepté de collaborer à cette occasion avec le catholique De Theux. Nommé ministre de la justice, il fait voter en 1835 une loi sur l’expulsion des étrangers, où il tente de limiter le caractère arbitraire de certaines mesures. C’est toutefois sous son mandat que la peine de mort, pratiquement abolie de 1830 à 1834, est effectivement rétablie en Belgique. À la Chambre, il participe aux débats qui préludent à l’adoption de la loi organique de l’enseignement (1835), ainsi qu’à ceux qui règlent les rapports difficiles entre l’État et la Société générale. Les modalités d’exécution du Traité des 24 articles déplaisent à Ernst qui démissionne de son poste de ministre peu avant l’expiration de son mandat de député et se retire de la vie politique.

Nommé professeur de droit à l’université de Louvain (1839), il renoue avec l’enseignement des Institutes, mais s’éteint prématurément en Allemagne deux ans plus tard.

Retourner à la liste des Recteurs

Aller vers : Jean-Charles Delvaux de Fenffe

Illustration : Antoine-N. -J. Ernst, photographie de la peinture conservée àla maisoncommunale d'Aubel, s.d., Musée Wittert ULiège, inv. 22286.

Partagez cette page