Le double mandat de recteur de Louis Trasenster (1879-1882 et 1882-1885) est marqué par de grandes avancées pour l'Université de Liège. Dès 1880, il fait construire plusieurs instituts pour y installer les laboratoires de pharmacie, botanique, physiologie, zoologie, chimie, anatomie et astronomie. Dès 1881, il ouvre l'université aux jeunes filles. Enfin, il entreprend un voyage de prospection à travers toute l'Europe, pour ramener à Liège des professeurs de très haut niveau.

Trasenster

 

L'ingénieur Louis Trasenster (1816-1887) est sans conteste l’une des figures les plus marquantes du milieu universitaire liégeois de la fin du XIXe siècle. Diplômé de l’École des Mines de Liège, il intègre le Corps des Mines (1838) comme expert chargé de veiller à la sécurité des charbonnages, puis, en 1846-1847, fonde avec une dizaine de condisciples la célèbre association des ingénieurs sortis de l’Université de Liège (A.I.Lg) : il en sera le président pendant 38 ans. Dès 1844, il donne à la faculté des Sciences le cours d’exploitation des mines. Il est ensuite nommé professeur extraordinaire en 1849, puis ordinaire en 1855.

Chargé par le roi Léopold II de recruter de nouveaux enseignants pour l’Université, il parvient à attirer à Liège plusieurs grandes personnalités du monde scientifique : le minéralogiste italien Giuseppe Cesaro, le mathématicien allemand Henri Holzer, le médecin autrichien Alexandre von Winiwarter et, enfin, le juriste suisse Arthur de Senarclens.

Inscrit à la croisée du monde industriel et du milieu universitaire, il contribue par ses activités scientifiques et ses publications de portée internationale au renom de l’École des Mines tout en consacrant son énergie au développement de l’enseignement public en Belgique.

Nommé recteur en 1879, Trasenster fait ainsi de l’entrée des femmes à l’Université, mais aussi de leur accès à un enseignement secondaire digne de ce nom, un de ses principaux chevaux de bataille et accueille avec enthousiasme la première étudiante – Jeanne Rademackers – qui s’inscrit en Pharmacie en 1881.

Félicitations à Jeanne Radermackers lors de la rentrée académique de 1885

Mlle Jeanne Rademackers a ouvert courageusement et brillamment aux personnes de son sexe l’entrée à l’Université de Liège et l’entrée dans la profession de pharmacien. [...] Elle est appelée par ses connaissances et son aptitude à faire honneur à la profession qu’elle a embrassée, et que la Commission provinciale du Limbourg l’a autorisée à exercer. Je la prie de recevoir mes plus sincères félicitations.

Louis Trasensenster : Ouverture solennelle des cours, 1885-1886, Liège, Ch. A. Desoer, p. 37-38.
 

À la suite de son prédécesseur, il reprend et fait avancer l’épineux dossier de la construction des nouveaux Instituts universitaires, dont plusieurs seront inaugurés durant son rectorat (1879-1885).

Gendre de l’imprimeur-éditeur Jacques Desoer, propriétaire du Journal de Liége, il est de ce fait introduit dans le milieu libéral liégeois et se lie d’amitié avec le futur ministre Walthère Frère-Orban, dont il restera le fidèle confident. De culture chrétienne, mais ouvertement anticlérical, Trasenster fréquente la loge maçonnique liégeoise dès 1839 mais, fidèle à ses convictions de plus en plus progressistes, entretient avec certains de ses membres conservateurs des relations parfois tumultueuses. Humaniste et philanthrope, Trasenster, par ailleurs membre de nombreuses sociétés savantes (Société royale des Sciences, Société libre d’Émulation…), s’investit tout autant dans des associations susceptibles de favoriser l’émancipation des plus démunis par l’instruction et d’offrir davantage de dignité aux plus défavorisés (Société Franklin, Vestiaire libéral, Société des Bains et Lavoirs…).

 Les discours de réouverture des cours du Recteur trasenster

Si l'État prenait en charge les traitements des professeurs des universités de l'État, c'étaient les villes qui avaient la charge, devenue insupportable, des bâtiments. L'augmentation du nombre d'étudiants avait depuis longtemps rendu la situation critique. Les excellentes relations entre Louis Trasenster et Walthère Frère-Orban, chef du gouvernement libéral entre 1878 et 1894 sont sans doute à la base de la loi du 4 août 1879 qui accorde à l'Université de Liège et à celle de Gand un crédit extraordinaire pour moderniser les installations scientifiques. Ces crédits seront renouvelés les années suivantes et ont permis que des instituts universitaires liégeois sortent de terre : la botanique et la pharmacie s'installeront près du jardin botanique, l'astronomie à Cointe, l'anatomie, la physiologie et la zoologie en Outremeuse,  la chimie en bordure de Meuse à l'arrière des bâtiments principaux.

Retourner à la liste des Recteurs

Aller vers : Adolphe Wasseige

Illustration :Lambert Salme, À Monsieur J.L. Trasenster, Professeur ordinaire à l'Université de Liège, Inspecteur des études à l'école des Arts et Manufactures et des Mines, lithographie, 1870, Musée Wittert ULiège,inv.2954.

Partagez cette page