Jean-Nicolas Comhaire est présent dès la création de l'université. Avec son collègue Nicolas-Gabriel Ansiaux, il apporte à la faculté de Médecine une incontestable expertise acquise sous le régime français. Il sera Recteur pour l'année académique 1825-1826.

Comhaire

Né à Liège en 1778, Jean-Nicolas Comhaire se forme à Paris auprès de Dupuiystren chez qui il soutient une thèse remarquée sur les conséquences anatomico-physiologiques de l’ablation des reins (1803). Rentré à Liège, Comhaire devient un médecin notoire et collabore avec Nicolas-Gabriel Ansiaux à la création de l’École de chirurgie, ancêtre de la faculté de Médecine. Il est nommé professeur à l’Université de Liège dès 1817. Il y donne non seulement les cours d’anatomie et de physiologie, mais aussi ceux de matière médicale et de clinique interne. Plus tard, après l’arrivée de Vincent Fohmann, il se consacrera davantage à l’enseignement de l’hygiène.

En dehors de l’institution, on se souvient surtout de ses actions en faveur de la vaccination et de sa mission d’inspecteur de santé publique. À la fin de son mandat de recteur, il prononce un discours mémorable De vanitate systematum in clinice medica (1826). On lui doit une étude sur l’emploi de la quinine (1830), qu’il a été le premier à utiliser en Belgique, ainsi que des observations météorologiques (1804-1837), restées inédites.

Retourner à la liste des Recteurs

Aller vers : Richard van Rees

Illustration : Comhaire, huile sur toile, s.d., Musée WittertUUège, inv. 12683 

Partagez cette page